Pourquoi Facebook refuse tes publicités

Article rédigé par Marie-Ève Lévesque

le 17.12 2019

  • spotify
  • itunes
  • google

Facebook est une drôle de machine. Ça semble si simple au premier coup d’œil, mais on se rend compte que c’est une petite bête complexe quand on commence à jouer dedans pour vrai. Surtout quand on est une entreprise qui essaie de se faire voir et se faire connaître.

Au début, c’était assez facile pour les entreprises de se faire découvrir et d’obtenir de nouveaux clients. Ça n’a pas pris de temps avant que Facebook commence à mettre des bâtons dans les roues des entreprises. Pour y voir par la suite une opportunité d’affaire et commencer à instaurer un système de publicité payante. Une chose qui semble très simple pour certain est en réalité un grand défi pour les autres. On écrit un texte et on insère une image, on intègre nos paramètres de ciblage et on envoi la demande d’approbation à Facebook sur le gestionnaire de publicité.

Mais pourquoi Facebook refuse tes publicités?

On va se le dire, Facebook n’est pas là pour être ton ami, il est là pour faire de l’argent. Et pour faire de l’argent, il a besoin d’annonceur. Qui va regarder les publicités? Les utilisateurs Facebook. La plateforme a mis en place plusieurs balises dans le système de publicité pour s’assurer d’avoir du contenu publicitaire adéquat pour le public. Parce que si le public n’est pas satisfait, il va s’en aller. Alors dans le but de garder son public sur sa plateforme, Facebook s’assure d’offrir un contenu qui répond aux besoins et aux attentes des usagers.

publicite facebook

Facebook n’est pas une autoroute

Ta publicité ne doit pas avoir l’air d’un panneau sur le bord de l’autoroute 40. Une grosse image avec plein de textes? Non, pas ici. Facebook n’est pas plus un Publisac. Bien que les publicités soient toujours présentes, le but de ce réseau social n’est pas d’être un géant de la publicité. Son nom le dit, c’est un réseau qui se veut social et on ne doit pas oublier que c’est son attrait premier pour les utilisateurs. Ça doit rester familier, amical, drôle et léger. C’est l’endroit où les gens vont pour socialiser, partager et se divertir.

On est tous au courant qu’il y a de la publicité sur Facebook, mais PERSONNE ne le consulte en voulant être bombardé de publicité agressante. C’est pourquoi tu dois plutôt essayer de te fondre dans la masse parmi les milliers de publications sur le fil d’actualité de ton public cible. Plus ton marketing est agressif, plus ta publicité va paraître trompeuse et louche. Alors au lieu d’attirer les gens vers ton entreprise, tu vas les faire fuir. Ta publicité doit être construire pour ne pas que ta cible sente que tu lui fais une publicité directement à elle.

Attention aux textes sur les images

Les visuels sont des éléments essentiels pour capter l’attention des utilisateurs sur les différents réseaux sociaux. Que ce soit une courte vidéo, un carrousel photo ou une seule image, il faut s’assurer d’avoir quelque chose qui va attirer l’œil. Dans la majorité des cas, on va utiliser une seule image pour créer une publicité.

Facebook refuse automatiquement toutes les images qui ont plus de 20% de textes dessus. Ça peut être frustrant pour certains, mais quand on y pense, c’est logique! Est-ce que tu veux avoir l’air d’une vieille pub style ‘’As seen on TV’’? La réponse est non. Pour que ce soit naturel et plaisant à l’œil, on limite la quantité de texte sur l’image et on s’assure que ça représente moins de 20% de la surface totale de la photo.

graphic designer

Laisser de côté les sous-entendu et les hypothèses

Quand on fait une publicité Facebook, il ne faut surtout pas sous-entendre quelque chose à propos du public cible. ‘’Tu es en surplus de poids? Le stresse te ronge de l’intérieur? Tu as des problèmes de…’’ Si tu émets ce genre d’hypothèse personnelle, tu peux être assuré que ta publicité sera refusée.

Il faut aussi éviter tout ce qui est tabou, comme la politique, et ce qui est illégal, comme la drogue et la vente d’organe. Il y a une zone grise pour certains produits comme l’alcool et la loterie. Il est possible que tes publicités sur ces produits soient refusées si ça ne respectent pas les lois comme l’âge légale pour consommer.

Les fausses promesses

Facebook est une machine très intelligente. Il y a quelques lacunes, oui, mais c’est assez impressionnant. Alors les fausses nouvelles, les fausses promesses, ça n’a pas de secret pour Facebook. Tu dois t’assurer que ce que tu mets de l’avant dans ta publicité est vrai et authentique.

facebook

Un mauvais lien mène à aucune publicité

Parfois, les refus de publier une publicité sont à l’avantage de l’entreprise. Lorsque le lien externe de la publicité pointe vers une page inexistante, Facebook refuse la publicité. C’est également le cas si le lien externe mène à un contenu totalement différent de ce que parle la publicité. Ça évite que le public arrive sur une mauvaise page.

Il est aussi possible de se faire refuser sa publicité à cause des fautes d’orthographe. Ce qui est quand même bon, parce qu’une fois qu’une publicité est approuvée, c’est plus difficile de rattraper son coup.

Essayer de contourner les règles, une fausse bonne idée.

Tu pourrais être tenté de contourner les règles pour essayer de faire passer un message qui est contre les règlements de Facebook dans le but d’obtenir de meilleurs résultats. Mais c’est pas recommandé et surtout pas viable à long terme. Comme j’ai dit plus haut, Facebook est une machine très intelligente. Elle va finir par comprendre ton stratagème et barrer tes publicités. À long terme, ça peut nuire à ton image d’entreprise et ça, c’est vraiment pas gagnant.

Il est toujours possible de contester un refus, mais ça nous porte à revoir le contenu qu’on veut publiciser et à se questionner sur ce qu’on fait. Ça peut être irritant, mais c’est pas pour rien qu’il y a des règlements. Et on le sait, Facebook est bon pour récompenser ceux qui suivent les règles… Tout comme il est bon pour punir ceux qui ne les suivent pas. À toi de voir l’image que tu veux avoir aux yeux de Facebook.

Marie-Ève Lévesque

Article rédigé par Marie-Ève Lévesque

Découvre son blog :

Marie-Ève Lévesque
retour