On analyse les pubs de l’entreprise Cozey

par | 6 Avr 2022

On s’installe confortablement et on s’attaque aux publicités Facebook de l’entreprise Cozey.

Cozey, qu’est-ce que c’est?

C’est une entreprise qui vend des divans personnalisables.

Il y a plusieurs modèles, des plus grands, des plus petits et leur particularité, c’est qu’on peut choisir un peu tout. On peut presque tout personnaliser, du nombre de sièges, au format et aux types d’appuis-bras. Donc, il est vraiment modulable! 

Ce qui se trouve dans la bibliothèque Facebook Ads? 

Il faut se rappeler qu’ici, l’analyse qui sera faite est uniquement une analyse superficielle. On ne connaît pas la stratégie publicitaire de Cozey et tout ce à quoi j’ai accès, ce sont les pubs. Donc, je vais voir ce qui roule en ce moment.

Dans le « Ads Library », la bibliothèque publicitaire de Facebook, il y en a 180 qui tournent. Il y a probablement des copies. On va voir ensemble ce qui est bien fait, ce qui pourrait être corrigé, ce qui pourrait être rajouté.

Tu vas voir, Cozey c’est une marque qui a déjà un très bon « branding » visuellement, puis surtout sur le produit. Je suis certain que les publicités vont refléter ça et qu’il y aura plein de points à noter pour ton entreprise.

La mécanisation

Alors, si on commence ici, puis qu’on défile dans les publicités, la première qu’on peut voir, si je la fais jouer, c’est un exemple concret d’un divan qui est en train d’être construit.

On voit que c’est une belle animation. On ajoute un troisième morceau et ça recommence en boucle.

Donc, c’est une petite vidéo de 10 secondes qui est vraiment intéressante parce qu’elle illustre très bien un concept-clé en « copywriting », en création de pub, qu’on avait déjà vu d’ailleurs, c’est la mécanisation.

La mécanisation, c’est quand on montre comment fonctionne notre produit. C’est d’autant plus important quand on a un produit différent de l’habitude.

Par exemple, c’est un divan qui se construit et qui peut se reconstruire, qui peut se modifier, mais si j’avais une invention révolutionnaire, je voudrais montrer comment elle fonctionne pour que les gens s’habituent à la voir.

C’est encore aussi important quand on a un produit qui est commun, parce qu’un produit commun, comme un divan, on s’imagine déjà “comment je vais le monter?”, “comment ça va être compliqué”…

Dans leur approche, leur divan va être facile à monter, il va être facile à modifier. Je pense même que ça se fait sans outil.

Donc, le montrer comme ça, mécaniquement, c’est super intéressant.

Concrètement, la mécanisation, c’est de montrer comment fonctionne un produit.

Par exemple si j’ai un stylo. La mécanisation autour d’un stylo serait très simple.

Ça serait de montrer que, si j’appuie, la pointe va sortir ou rentrer, ou peut-être que je pourrais montrer comment l’ouvrir pour changer l’encre, ce genre de choses-là.

Donc, je vais présenter le produit très concrètement dans la vie de tous les jours, comment je vais l’utiliser ou comment je vais le construire, le déconstruire.

Les visuels de type lifestyle

Ensuite, si on continue, on voit qu’on a beaucoup de photos qui sont un peu ce qu’on va appeler des photos de lifestyle, des photos du produit dans sa vie, dans son utilisation quotidienne.

Ici, quelqu’un qui lit, avec un beau décor, quelqu’un d’autre ici sur le divan.

Point important : je pense que ce qui est plus ou moins évident, c’est que, quand on illustre un produit comme ça, qui est un produit qui va s’agencer dans une vie quotidienne, qui va s’agencer dans un salon comme celui-ci, on veut que ce soit beau, que ce soit esthétique parce que c’est clairement quelque chose que les gens vont rechercher.

On va communiquer le bénéfice de l’esthétisme par nos photos. Donc, c’est à garder en tête, c’est certain.

On ne voudrait pas de vieilles photos, pas super belles, avec des angles de vue pas super bons ou de la mauvaise lumière, juste parce que le divan ne serait pas super attirant, on n’aurait pas envie d’avoir cet environnement de vie-là avec nous.

Ensuite, si on descend un peu, on a un autre exemple de mécanisation ou, en tout cas, de création du produit, on a une vidéo ici.

Ce qu’on a, c’est une pub d’un couple qui est en train de construire, « unboxer« , pour nous montrer un peu comment ça fonctionne.

Il y a plusieurs choses vraiment intéressantes à retenir ici.

Le User Generated Content

Premièrement, c’est du « User Generated Content« , c’est un contenu qui a été généré par un utilisateur.

Ici, je ne sais pas si c’est quelqu’un qui est connu par l’équipe de Cozey, puis qui a été payé pour le faire, ou si c’est littéralement une cliente qui l’a fait de son plein gré, mais dans tous les cas, ce n’est pas grave.

L’idée ici, c’est que c’est un contenu généré par quelqu’un. Ce n’est pas un contenu de marque bien tourné avec la production et tout, donc ça fait beaucoup plus authentique.

On a l’impression que ce n’est pas la marque qui essaie de nous vendre le produit, mais que c’est quelqu’un qui nous le présente, tout simplement.

Encore une fois, ça nous présente comment il va être construit, comment on va le recevoir, l’expérience, donc c’est encore un bon exemple de mécanisation.

Ils sont très forts là-dessus, on voit les boîtes, on voit comment c’est fait et on peut tout de suite s’imaginer nous-mêmes recevoir les boîtes, commencer à le monter.

On a vu le petit manuel d’instruction, puis probablement que dans la suite de la vidéo, on verra Laura construire le sofa, donc ça devient très intéressant.

Les témoignages

Si on continue un peu, on peut voir ici plusieurs publicités qui affichent des témoignages. Ce sont des pubs « Découvrez ce que nos clients ont à dire de leur expérience ».

Il y en a en français et en anglais.

Si on lit la petite vidéo, ce sont des témoignages qui vont s’afficher, un après l’autre, avec un fond de vidéo :

  • Agréablement surprise
  • Très bonne qualité
  • Très bonne qualité et service à la clientèle
  • Etc.

Ce sont des témoignages clients qui sont probablement retrouvés sur leurs sites ou sur une plateforme. On a aussi ici, en carrousel, plusieurs témoignages qui peuvent défiler.

Donc ça, c’est très bien.

On voit qu’il y en a plein d’autres ici et d’autres là. Petit commentaire par rapport à ça: ils sont un peu petits et difficiles à lire, en ce moment.

Si on imagine quelqu’un sur son téléphone qui regarde ça ou juste sur le fil d’actualité qui défile, on se retrouve avec des très petites cases avec les témoignages, ou même dans la vidéo.

C’est quand même petit et difficile à lire. 

Peut-être que la stratégie ici c’était juste de montrer qu’il y en avait beaucoup.

Peut-être que le but n’était pas que la personne le lise, mais c’est certain que quand on empêche quelqu’un d’aller jusqu’au bout de son action de lecture, ce n’est pas idéal pour notre publicité.

Donc, deux choses:

1- On mettrait les témoignages plus gros, quitte à ce que ça prenne une plus grande partie de l’écran et, potentiellement, on les laisserait un peu plus longtemps sur les vidéos.

2- Ensuite, si je descends un peu, quelque chose que j’avais noté, c’est leur utilisation des articles dans les médias.

On voit, premièrement, qu’il y a des « posts » qui ont été faits par Daily Hive; ça, c’est très bien. Ils les ont réutilisé en pub ou c’est peut-être Daily Hive qui les utilise directement en publicité.

C’est super car ça amène la crédibilité de ce média-là, de cette page-là auprès de sa communauté, donc très intéressant. Ici, on a différents articles de différents médias.

Par exemple, on a un article de Coup de Pouce, de Silo 57, de La Tribune, Je décore de La Presse.

Ça, c’est génial !

Peut-être un petit commentaire: ce serait de changer les visuels pour que ce soit un peu plus évident que ce sont des articles, car en ce moment, si je vois la pub passer, si je ne lis pas, je vais juste passer rapidement parce que ce n’est pas quelque chose que je vais reconnaître.

Il y a quelque chose d’intéressant: 


Pourquoi on utilise des articles comme ça qui sont faits dans les médias?

C’est tout simplement parce que ça nous amène leur crédibilité. Pour quelqu’un qui voit juste Cozey, qui voit la marque, il peut se dire “OK, c’est intéressant, mais je ne suis pas certain.”

Commander un divan en ligne, c’est gros, c’est un gros investissement, ce n’est pas tout le monde qui va être prêt à le faire.

Toutefois, si la personne voit un article de La Presse par exemple, ou de La Tribune ou d’un média que la personne lit, je vois aussi qu’il y en a d’autres en anglais comme National Post et d’autres, Narcity, ça fait comme “OK, il n’y a pas que moi qui l’ai essayé.”

Il y a ces grandes marques-là, très crédibles, qui l’ont fait à ma place, qui me disent déjà que c’est bien.

Ça amène une énorme couche de confiance pour les utilisateurs. Ça fait beaucoup plus de ventes et d’achats tout simplement parce qu’il y a plus de crédibilité.

La dernière chose qu’on va regarder se trouve dans leur texte.

Les textes 

Si on regarde les textes, il y a plein d’éléments vraiment intéressants qu’ils viennent rajouter un peu partout.

On va les passer un peu rapidement.

Premièrement, « start-up canadienne », donc là, on va chercher le côté « achat local » ou du moins « achat national ». On ne va pas acheter dans d’autres pays.

C’est donc quelque chose de très intéressant. « The Canadian Sofa », ça c’est super.

Ensuite, on a le bénéfice principal : le sofa qui est modulaire et « delivered to your door for free« , donc la livraison est gratuite, autre point super pertinent à mettre dans ses pubs.

Ensuite, si on continue, pratiquement toutes les pubs vont faire ressortir les bénéfices intéressants du produit.

Donc ici, on a le « tool free assembly« , l’assemblage sans outil. Ici on a « le divan qui évolue avec vous et avec votre espace », très intéressant aussi. On a « rendre n’importe quelle pièce great« , rendre n’importe quelle pièce belle.

Chaque publicité ramène son bénéfice, ou du moins, chaque publicité qui présente le produit. 

Les autres pubs qui vont présenter des témoignages vont dire:

« Regardez ce que les gens ont à dire de nous », donc, ça c’est un peu plus normal, puis toutes les autres vont amener certains points comme ça:

« Le divan qui s’assemble sans outil », « conçu pour la vie moderne des Canadiens, par des Canadiens ».

On rajoute le côté un peu patriotique.

Ce qu’on réalise, c’est que les publicités Facebook de Cozey sont vraiment un exemple à suivre pour n’importe quelle entreprise qui veut faire des pubs, qui se dit « je ne sais pas par où commencer », « je ne sais pas trop quoi faire ».

Très bon exemple ici. C’est l’exemple typique qu’on voit d’une entreprise qui veut faire des premières pubs, qui veut aller loin.

C’est une entreprise qui a déjà du financement, si je ne me trompe pas, qui veut s’établir dans le marché, qui veut faire beaucoup de ventes, donc, il va y avoir du très bon contenu créatif, mais on va le voir juste après.

Il y a plein de choses encore qui peuvent être faites. On voit vraiment qu’ils sont prêts à passer à l’étape suivante, du moins si leurs résultats sont bons.

Quand je dis que les publicités pourraient passer à l’étape suivante, ce n’est pas qu’elles sont mauvaises, elles sont super bien.

C’est qu’il pourrait y avoir une plus grande diversité. 

Pour le moment, on a quatre types de pubs:

Les médias, les témoignages, les bénéfices et la mécanisation.

C’est très bien, mais on va voir ce qu’on pourrait faire de plus.

Premièrement, un truc que plein d’entreprises oublient, c’est que tout le monde n’est pas en recherche active de leur produit.

C’est normal. Plein de gens ont déjà ont déjà un divan, plein de gens ne sont pas prêts à en acheter un ou du moins, ils pensent qu’ils ne sont pas prêts à en acheter un.

Pour le moment, la majorité des pubs que Cozey a faites, c’est pour des gens qui sont peut-être sans divan, qui sont en train d’en magasiner un, puis Dieu sait, avec les « stocks » limités de certaines grandes surfaces, on sait que les gens sont en recherche, puis qu’ils vont chercher longtemps des fois pour avoir leur divan.

Cela dit, la clientèle possible ne s’arrête pas là.

Publicités « conscient de la solution »

En ce moment, les pubs sont surtout du « Solution aware« , des gens qui sont déjà en recherche de divan, qui sont déjà en considération, qui comparent, qui vont regarder par exemple si un divan X va être mieux qu’un divan Y.

C’est très bien, mais on va reculer d’une étape, puis on pourrait aller chercher les gens qui ne sont même pas, en ce moment, en recherche de divan.

Les gens qu’on va mettre dans la catégorie des « Problem aware« , soit les gens qui sont conscients qu’ils vivent un problème, mais qui ne connaissent pas la solution à leur problème.

Quand je parle de problème pour un sofa, c’est vrai que ça crée un grand défi. Quel est le problème qui m’amène à changer de sofa?

Pour Cozey, ils ont quand même un avantage: c’est que leur produit est assez unique, donc on vient prendre leur bénéfice puis on vient regarder ce que le bénéfice vient régler.

Par exemple, on a le fait que ce soit modulable.

Le problème qui vient avant cet avantage-là, c’est le fait que mon sofa ne s’adapte pas à mon milieu de vie. Quand je change d’appartement ou de pièce, je suis toujours pris pour l’emmener avec moi.

C’est gros, c’est lourd, c’est compliqué. Donc, on recule d’une étape, puis au lieu que ma pub dise:

« Regarde, mon divan est modulable, c’est super cool », on vient poser la question:

« Est-ce que, en changeant d’appartement, tu as toujours ce problème-là? »

« Est-ce que tu te trouves limité dans ton milieu de vie parce que ton divan n’est pas adapté? »

Ça, c’est un problème.

Voici notre solution:

Le nôtre est modulable, le nôtre est super cool. Ce que ça fait, c’est qu’on est capable d’aller chercher un bassin d’audience qui est une étape plus loin de l’achat.

Ce sont des gens qui n’achètent pas rapidement, mais c’est un bassin d’audience qui est beaucoup plus grand car il y a des gens qui sont en ce moment en train de chercher un divan, puis les gens qui ont des divans et qui ne sont pas trop satisfaits, mais qui ne connaissent pas trop leurs alternatives, bien, il y en a beaucoup plus !

Ça permet donc de générer beaucoup plus de résultats sur le moyen et sur le long terme.

Ensuite, ce qu’on veut faire, c’est dans le processus d’achat.

On veut éviter que les gens quittent le processus, qu’ils aillent chez le compétiteur ou qu’ils nous oublient. Pour le moment, ils font déjà une « job » assez correct pour ça.

Ce que je veux dire par processus d’achat, c’est quand les gens connaissent déjà le produit, mais qu’ils ne l’ont pas encore acheté parce qu’ils sont en réflexion.

On veut leur donner tous les arguments manquants pour les faire progresser et finalement les faire acheter.

On a déjà quelques éléments de ça. Par exemple ici, quand on parle de livraison gratuite, c’est un très bon exemple.

Dans le processus d’achat, on va se dire:

« Oui, mais un divan ça doit coûter super cher à faire livrer parce qu’un divan, c’est énorme ».

C’est bon, ne t’inquiète pas, c’est gratuit pour toi.

Ensuite, le prospect peut se poser la question:

« Est-ce que c’est une vraie entreprise? »

« Est-ce que je peux leur faire confiance? »

Pour ça, on a déjà les médias qu’on a déjà vus, on a les témoignages qui sont très intéressants aussi et finalement, on a la vidéo de Laura qui est en train d’assembler le meuble.

Donc, on voit que c’est vrai, on voit qu’il y a déjà des gens satisfaits, on voit qu’il y a des médias qui l’ont vu, donc, ce n’est certainement pas une arnaque et je vais recevoir mon produit.

Je devrais être satisfait. Ça, c’est vraiment une très bonne base. On a les éléments principaux.

Ce qui pourrait être ajouté, ce sont des éléments qui vont permettre d’aller chercher un petit gain en vente par-ci par-là. Combiné, ça a un énorme impact.

FAQ et objections 

Premièrement, on a tout ce qui est FAQ & objections, les questions que les gens vont se poser avant l’achat.

On sait que, quand les gens entrent dans une boutique physique, un endroit physique, les gens achètent beaucoup plus que quand ils arrivent sur un site Web. C’est parce qu’il y a beaucoup plus de compétition.

Tu peux ouvrir plein de sites Web en même temps, mais c’est aussi parce qu’il n’y a personne pour répondre à tes questions.

Qu’est-ce qu’un prospect fait quand il a une question et qu’il ne trouve pas la réponse? Il s’en va, tout simplement. Il s’en va chez le compétiteur.

C’est beaucoup plus simple de s’en aller que de chercher sur le site Web où pourrait être la réponse à ma question. Donc, qu’est-ce qu’on peut faire ici pour éviter que des gens s’en aillent?

Ben, c’est que dans nos publicités, on veut adresser des objections et des questions fréquentes.

Donc, ce sont des publicités de reciblage un peu techniques, mais pour des gens qui connaissent déjà notre produit, qui l’ont déjà vu.

Et on veut adresser toutes les questions fréquentes.

Par exemple, il y a des choses qui sont déjà mentionnées dans les pubs, mais qu’on peut ramener là. La question, c’est “si je ne suis pas satisfait, qu’est-ce qui se passe?”

Ensuite, je vais détailler exactement ce qui va se passer si tu veux retourner ton produit.

Si le sofa n’est pas exactement comme tu cherches, dans une semaine, notre équipe va venir le chercher chez toi, le remballer, l’amener pour toi et tu vas être remboursé dans les cinq jours suivants, par exemple.

Et si la couleur ne me convient pas?

Regarde, pour éviter ça, on a des échantillons gratuits pour toi.

Dernier point pour les objections, ce serait cool de mettre un peu plus à l’avant aussi les garanties tout simplement que Cozey offre.

Pour le moment, c’est un peu difficile à trouver sur leurs pubs, donc on se demande, pour quelqu’un qui se demande: « oui, mais je ne suis pas satisfait », il n’y a pas trop de réponse à cette question, il pourrait ne pas cliquer, puis ne pas aller sur le site.

La proximité 

Un élément clé qui aiderait probablement Cozey à augmenter ses ventes est la proximité avec l’entreprise.

On le sait, c’est quelque chose que tu entends probablement partout, mais aujourd’hui, les gens n’achètent pas à des entreprises, ils achètent à des humains.

Et il y a un facteur humain très fort de chez Cozey qui pourrait être sorti, c’est le fait que ben, c’est l’histoire de l’entreprise, c’est l’histoire de cette start-up montréalaise qui est sortie de nulle part, qui a décidé de réinventer un peu la façon dont on faisait le sofa; tout ça.

Ça vaut la peine de le sortir parce que c’est beaucoup plus fort qu’une marque très large qui vend des meubles, ne coûtent pas chers, comme IKEA par exemple, qui n’a pas trop d’histoire personnelle derrière.

Tandis que là, ce qu’on a, c’est une proposition d’humanité, une humanisation de la marque qui est beaucoup plus claire, qui est beaucoup plus proche des gens.

En plus, si on va sur leur site Web, ils ont déjà cette histoire-là qui est présentée, l’histoire de Frédéric Aubé qui est le fondateur en 2019 […].

Ça, il faut prendre ça, puis le mettre en publicité

Parce qu’il y a plein de gens qui n’iront pas voir cette page-là sur le site, c’est normal, mais il y a plein de gens qui bénéficieraient de lire ça même si c’est rapidement, de comprendre que regarde, ce n’est pas une multinationale qui te propose un divan.

C’est une petite compagnie qui est à Montréal, qui fait ça localement. C’est cool, ça donne envie d’acheter, ça rapproche de l’entreprise.

Les valeurs 

Autre chose aussi qu’on peut retrouver sur cette même page, c’est une communication des valeurs de l’entreprise.

Même chose, les gens achètent auprès d’humains, mais les gens aussi aiment ça, si vous avez une cause sociale, si ton entreprise a une quelconque façon de redonner ou de s’impliquer, ben il faut le mentionner aussi parce que c’est un argument de vente.

Si on regarde sur leur site, il y a ici une section : confort pour tous, et on apprend que Cozey donne à des refuges pour sans-abris.

Ça, ce serait hyper inspirant et positif de donner plus d’infos là-dessus et de le partager en publicité. 

Parce qu’il y a plein de gens qui vont être dans le processus d’achat puis qui vont peut-être hésiter entre ce sofa-là et puis n’importe quel autre, Dieu sait qu’il y en a beaucoup, c’est normal. 

Et quand ils vont voir ça, ben, ils vont se dire: « OK, cette entreprise-là a des valeurs à la bonne place (…), donc, c’est vers elle que je vais acheter même si peut-être le prix est un peu différent ou peu importe le prix. »

Parce que ça reste que, au-delà de la mécanisation, au-delà des choses qui sont très rationnelles qu’on a présentées: des bénéfices des produits et tout.

Les achats, c’est souvent émotionnel.

Et d’être capable de communiquer les humains derrière, les valeurs de l’entreprise, ça rajoute ce côté-là aussi, puis ça crée une aura autour de l’entreprise qui est positive et qui va aider à générer des ventes, ou du moins, qui va aider à ce que les gens nous oublient moins.

On va rester un peu plus, puis les ventes vont se faire aussi de ça. 

Sur une autre page, ce que j’ai trouvé, ce sont les coûts de l’industrie vs les coûts de l’entreprise.

On voit que Cozey donne les différentes couches de coûts, donc les matériaux et fabrication Cozey vs l’industrie, ensuite l’infrastructure, ensuite la vente au détail, ensuite l’expédition.

On voit clairement ici de façon illustrée que l’industrie ou le sofa moyen coûte plus cher parce qu’il y a différents coûts de détail, d’infrastructure, ce qu’une compagnie comme Cozey avec de la vente directe aux consommateurs.

Ben ça aussi, ça serait bien de le mettre en publicité parce que même si c’est quelque chose qui est quand même vu et revu-là, de comparer nous vs les autres en termes de coûts, puis en termes de mélomane, mais ça reste intéressant parce qu’il y a plein de gens qui ne vont pas le savoir, il y a plein de gens qui vont regarder ça, puis vont se dire:

« OK, peut-être qu’il est un petit peu plus cher que la moyenne ou peut-être qu’il est un petit peu moins cher que la moyenne, voici pourquoi, voici ce qui explique ça.”

On investit plus en bons matériaux, mais de l’autre côté, tu paies moins en vente au détail, en revendeurs qui vont se le revendre de moins en moins jusqu’à toi.

Autre point hyper intéressant :

Des images du sofa démantelé.

Donc si on regarde, on a une super belle photo ici avec le sofa comme coupé avec une tranche, on voit ce qu’il y a à l’intérieur.

Ça, ce serait très cool de le mettre en publicité. Non seulement parce que ça illustre bien la qualité de la construction du sofa, chose que les gens vont plus ou moins être capables d’identifier.

Moi, je ne suis pas capable de savoir si l’image que j’ai devant moi, c’est l’image d’un bon ou d’un mauvais sofa, mais ça attire l’œil le fait de voir le sofa comme ça démantelé.

Puis il y a plusieurs zooms-là comme ça sur différentes parties.

Ben, ça nous permet de peut-être détailler un peu plus comment c’est fait, peut-être d’expliquer la mousse vs couche jaune, qu’est-ce que ça fait comme différence, tout ça.

Et aussi ça attire l’œil, ça donne le goût d’en savoir plus sur ce fameux sofa.

Donc, pourquoi pas peut-être mettre ça en image, en carrousel ou littéralement mettre les images une après l’autre en vidéo.

Tout simplement, ça peut être une bonne façon de les utiliser.

Post organique 

Un dernier point qui vaut vraiment la peine d’être mentionné pour leurs pubs, c’est que Cozey, vous gagneriez à utiliser vos posts organiques en publicité.

Pour la même raison que j’ai illustrée tantôt: les gens vont acheter auprès d’humains, les gens vont acheter auprès d’une marque, donc ça permettrait, d’un côté, de mieux communiquer la personnalité de la marque, mais aussi le style de vie que prônent les clients qui ont un sofa Cozey.

Ce que je veux dire par là, c’est qu’un sofa, c’est quelque chose qui existe déjà, que les gens connaissent déjà bien, tout le monde ou presque a un sofa chez lui.

Donc, c’est difficile de dire: « Eh, regarde, achète un sofa » tandis que j’en ai déjà un ou tandis que j’hésite entre plusieurs.

Les gens vont comparer le confort et tout. Mais quelque chose qui est propre à tous les produits qui sont communs comme les vêtements, comme les accessoires personnels, comme les meubles, c’est l’image que vous projetez de l’achat du meuble en question.

Donc, il y a des meubles, il y a des vêtements qui vont être un peu plus à l’avant-garde ou qui vont prôner certaines valeurs comme la protection de l’environnement ou les causes sociales, puis porter ces vêtements-là ou utiliser ces meubles-là, avoir ces produits-là va communiquer ces valeurs-là pour dire:

« Regarde-moi, j’aime l’environnement, j’aime protéger l’environnement, donc, j’ai ces vêtements-là” par exemple. On peut faire la même chose avec le sofa.

Si on regarde les publications, on peut voir qu’à chaque fois que le sofa Cozey est acheté, c’est par des gens qui ont du style, qui ont du goût.

C’est toujours mis dans des beaux cadres ou c’est peut-être mis bon ici par des gens qui sont tendances. C’est bien de communiquer ça, des gens qui ont des familles, pareil ici.

Sur les posts sur les réseaux sociaux, il y avait beaucoup d’images avec différentes personnes, ce serait bien de les prendre et de les mettre littéralement comme ça en publicité.

Ce n’est pas des pubs qui vont générer des ventes comme ça, mais c’est une très bonne communication de marque parce que, ben en voyant les gens utiliser le divan, ben le public cible, les prospects, vont tranquillement se dire:

« Ah oui, j’ai vu une famille qui l’utilisait, donc c’est vrai que je m’imagine peut-être ma famille l’utiliser. »

“Moi, j’aimerais ça, à être cool, à être décontracté.”

Et je vois qu’il y a des gens qui représentent ça qui sont sur le divan ou pourquoi pas, moi, je veux avoir un décor de vie esthétique, ben je vois plein de photos de décor de vie qui sont esthétiques et qui incluent le sofa.

Donc à garder en tête: des posts comme ça peuvent être très forts en termes de relation avec un prospect.

En plus de tout ça bien évidemment je ne l’ai pas mentionné, mais ça permettrait d’aller un petit peu plus loin que l’organique parce que ben l’organique sur Facebook, sur Instagram aujourd’hui, c’est un méchant défi, c’est tu sais, on a comme dans un plafond de verre où c’est tellement difficile d’aller chercher plus de visibilité si on n’est pas clickbait ou viral.

« Viral » évidemment parce que Dieu sait qu’on ne peut pas prédire ce qui est viral ou non, mais mettre un petit budget sur les publications ça permet d’aller un petit peu plus loin et d’aller chercher un nouveau public et de s’assurer que les gens qui s’abonnent à notre page ne manquent pas la suite.

Le bon format 

Dernier petit point technique aussi que je voulais mentionner, dans la bibliothèque de pubs qui ne peut pas le voir, mais les visuels ne semblent pas avoir tous les bonnes formes.

Quand on crée des pubs, idéalement on veut au moins avoir deux formats différents pour chaque visuel : le format story ou le format portrait, et le format carré pour le fil d’actualité notamment sur Facebook, sur Instagram.

En ce moment, la majorité de pubs ont des super beaux visuels, mais d’un seul format. Donc ici, on a le format carré, mais ce serait bien de refaire ce visuel-là en format story.

Ça prendrait toute la place quand il est affiché en story, ce serait plus beau.

Pareil ici, on a un super beau visuel en format story, ce serait bien de le recadrer aussi en format carré pour l’avoir aussi sur le fil d’actualité et c’est un peu pareil pour tout le reste, en nouvelle vidéo.

Bref, qu’est-ce qu’on peut retenir de tout ça?

Cozey sont un super bon exemple pour faire les premières pubs, générer ses premiers résultats. Puis potentiellement, je ne serais pas étonné qu’avec des pubs bonnes comme celles qu’ils ont en ce moment, ils seraient capables d’atteindre un budget mensuel de pubs Facebook de 5000$, 10 000$, voire même un peu plus sans nuire à leurs résultats.

Même, j’ai vu des entreprises qui avaient des pubs de ce calibre-là se rendre à du 20, 25, 30 000$ par mois selon les périodes de l’année.

Cela dit, ils sont assis sur un gros potentiel pas nécessairement parce que tout ce que je vous ai présenté leur permettrait du jour au lendemain de doubler leurs résultats, mais ça leur permettrait d’avoir un plus grand budget d’investissement en gardant un bon retour.

Ce que je veux dire, c’est que d’abord cette variété-là de pubs que je vous ai présentée: présenter l’équipe, les objections, la garantie, la FAQ, tout ça, qu’est-ce que ça fait comme différence?

Ben, c’est que ça l’affiche des pubs à plus de monde sans perdre en résultat. Donc, ça leur permettrait probablement de monter de budget en gardant un bon retour sur leur investissement.
Cozey, regardez sur votre diversité publicitaire ce que vous pouvez faire de mieux. Vous êtes assis sur un grand potentiel de skills.

Obtiens un deuxième avis sur tes campagnes publicitaires

Tu ne sais pas si tes campagnes de publicité Facebook performent au mieux de leurs capacités?

Réserve ton appel de deuxième avis: 60 minutes de partage d’écran où un expert critique sans retenue tes campagnes, ton ciblage et tes pubs.

Écrit par <a href="https://agenceantilope.com/author/charles/" target="_self">Charles Davignon</a>

Écrit par Charles Davignon

Allo! J'ai fondé Antilope en 2018, et j’adore la pub autant que j’aime l’innovation dans la culture de travail. Mon objectif inavoué, c’est qu’Antilope soit une tête d’affiche nationale dans l’expérience, la confiance et la transparence qu’on amène à toute l’équipe. À part ça, je suis amateur de décaf. Retrouve-moi sur LinkedIn.